Les Pensées de Queenyy

#Hors-série : ME

Je me suis longtemps voilée face disant à qui voulait l’entendre que j’étais guérie ! Donnant des conseils et des leçons de vie aux autres. Finissant par croire à cette idéale de moi : forte réussissant à tout combattre et allant de l’avant pardonnant à ceux qui lui ont fait du mal. Devenant à la face des autres le contraire de qui je suis intérieurement. Alors vous vous demandez donc qui je suis.

Je vous présente mon moi véritable :

J’ai un manque de confiance en moi qui malgré les compliments sur ma personne et mon physique ne disparaît pas.

Je ne me respecte pas, me trouvant indigne, sale, horriblement dégoûtante.

Dieu à dit que je suis une créature merveilleuse mais je ne vois pas ce qu’il y a de merveilleux en moi, de si exceptionnelle en moi.

Je me déteste avoir comment on a pu me manipuler à ce point !

Je me hais avoir à quel point on a pu me faire autant de mal et que moi je n’ai pas réagi.

Je m’en veux d’avoir tant besoin d’amour, tant besoin d’attention.

J’ai la haine de voir à quel point je suis constamment en train de chercher la reconnaissance dans les yeux des autres.

La seule qualité que je me trouve c’est mon intelligence.

J’ai toujours l’impression de faire tâche partout où je vais, étant constamment mal à l’aise.

Il n’y a que mes défauts qui me saute aux yeux.

J’ai l’impression de ne pas être digne d’amour et trouve normale qu’on se joue de moi.

Etant une personne ayant aucune valeur, je ne vois pas pourquoi et en quoi je mériterais le respect.

J’étais réellement consciente que cette relation allait me détruire mais je m’y suis engouffrée tête la première pour une seule raison, le manque d’affection chronique que j’ai depuis mon enfance. J’ai un manque de considération énorme pour ma personne même lorsque je réussis, je m’attends à échouer à un moment donner.

Ne pense pas réellement être quelqu’un de bien mais plutôt une personne qui se cache portant un masque en permanence.

Je n’aime pas me plaindre mais fini par le faire à un moment donner.

Me contredis en permanence.

En soi, je me trouve fade, sans intérêt.

J’ai maintenant l’impression que chaque homme qui vient me parle n’a qu’un but abusé de ma confiance et avoir des faveurs sexuelles.

Je me demande réellement si je ne suis pas un objet de seconde main.

On vient à Moi que lorsqu’il n’y a plus de recours.

Pensant tout ça, je reste fermement réfractaire à tout début relation avec un homme, repoussant tout ce qui s’approche de moi.

Je n’arrive pas à me pardonner de mettre laisser duper de la sorte jusqu’à en perdre ma pureté si chère à mon cœur.

Je suis devenue un individu de seconde zone.

J’me dégoûte tellement, j’me sens tellement souillée que parfois mes démons reviennent.

Je ne considère pas mériter quoi que ce soit.

Je garde la face devant les autres pour ne pas qu’ils me posent des questions inutiles et me donnent des conseils que je connais puisque je leur donne.

J’ai horreur qu’on ai pitié de moi et qu’en cela arrive j’en viens à me haïr encore plus puisque le sentiment que j’inspire c’est la pitié.

Je fais de plus en plus la pitre pour cacher ce mal qui ne veut point me quitter et qui malgré les années ne fait que s’aggraver.

Depuis que cette fameuse histoire est terminée (Aimer), je me suis rendu compte que j’ai voulu quelqu’un d’autre faisant la forte devant tout mon entourage qui est aussi le sien.

J’ai dit dans une pensée que je ne lui en voulais plus mais l’ayant revu depuis, j’ai vite compris que cette colère ne partira pas comme ça. Je ressens de la haine et du dégoût envers cette personne pour qui j’aurais donné ma vie. Je ne lui souhaite pas tout le bonheur, je n’y arrive pas. J’aimerai qu’il ressente le quart de ce que j’ai ressenti : Sentir ton être entier s’effondrer sans pouvoir rien y faire, voir ta vie partir en fumer, sentir ce poignard qui s’enfonce de plus en plus dans ton cœur, être comme en lévitation regardant ton être errer sans pouvoir rien y faire, voir tes amis devenir les siens et se sentir tellement délaissé. Peut-être que je réussirais à tourner la page lorsqu’il aura réellement admis ses tords et qu’il m’aura dit « Pardon ». Je ne voulais pas qu’il voit dans quel état j’étais. Aimer n’est pas assez fort pour dire ce que je ressentais pour lui.

Je me déteste avoir comment après tout ça, il a toujours le même effet sur moi.

J’ai la haine de voir que nous avons tellement de choses en commun : Mes boissons préférés sont les siennes, mes artistes sont les siens également, mes amis sont les siens et je pourrais continuer encore longtemps.

Je m’en veux d’aller aussi mal, d’être aussi faible.

Rien ne va mal mais rien ne va bien pour autant.

Voilà, une partie de mon véritable moi : ce que je ressens et ce que je pense.

Peut-être qu’un jour, je vous raconterai la suite d’ici là…

À Bientôt – Queenyy

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :