Dans les Yeux de Mike

Et maintenant II

Nous revoilà pour la suite de la chronique précédente, ce qui est logique étant donné que celle que vous lisez est une suite … Enfin bref, je me perds ! Passons au vif du sujet, bienvenue dans les yeux de Mike. 

Le football est une science inexacte et c’est ce qui fait son charme. Manchester United recevait les Spurs de Tottenham pour le compte de la quatrième journée, lorsque le Spécial One de déplace sur la pelouse de l’un de ses anciens employeurs, le match prend de suite une tournure un tantinet personnelle. C’est pourtant les Red Devils qui ouvraient le score, au bout de 30 secondes de jeu par l’intermédiaire de Bruno Fernandes sur un pénalty frappé à la Jorginho. Le portugais n’a jamais raté de pénalty avec son équipe, dix tentatives, dix buts. 

Puis Harry Maguire, le flop le plus cher de l’histoire, décide d’attraper, au sens littéral, son coéquipier et l’éjecter de l’action pour permettre à l’ancien lyonnais Tanguy Ndombele de marquer le but de l’égalisation. Invraisemblable. Puis après avoir répondu au coup de coude de Lamela, un autre ancien lyonnais s’illustre, mais cette fois négativement. Anthony Martial met une petite claque à l’argentin qui s’écroule, carton rouge. S’en suit un festival, Harry Kane & Leung-Min Son s’offrent tous deux un doublé. Serge Aurier y va aussi de son petit but. Score final, 1-6. Écrasante victoire du Mou et de son équipe. L’avantage numérique ayant fortement contribué, quoi que, vous verrez plus tard, c’est pas tout le monde qui sait gérer un tel avantage … 

Angleterre toujours, le champion en titre, Liverpool se déplace à Villa Park pour y défier Aston Villa. Cinq buts avaient été inscrits à la mi-temps. Dire que ce fût un match prolifique serait un euphémisme et je pense même, que ce serait un euphémisme de dire que c’est un euphémisme. Enfin, bref, un match historique, ce qui devient presque commun depuis que les spectateurs sont privés de stade. Villa Park a eu droit à neuf buts. Sept pour son équipe et deux seulement pour le champion en titre, une valise. L’avantage est que chaque équipe aura désormais toutes ses chances face à eux et que les Reds, eux, voudront être deux fois plus conquérants. Ça promet les amis ! 

Parlons de nous. « Nous c’est la Ligue 1 Conforama » . Pour être précis, c’est la Ligue 1 UberEats°, désormais. Paris qui en colle six à Angers, Mbappe accroit son capital confiance avant de retrouver les Bleus et la Champions League, Florenzi qui prouve que c’est bel et bien la recrue idéale … Il faisait bon vivre dans le XVIè arrondissement. Mais, parce qu’il y a toujours un mais, les relation sont tendues entre le directeur sportif Leonardo et son entraîneur Thomas Tuchel. Le premier reproche au second le fait de critiquer ouvertement sa stratégie de recrutement jusqu’au point d’aller de dire « Celui qui n’est pas content, il part. » 

De l’autre côté du classement, le centième Olympico de l’Histoire s’est terminé sur un match nul. Un match nul aux allures de défaite pour les lyonnais. En supériorité numérique dès la 18ème minute, 24 tirs pour 3 cadrés et un but sur pénalty, 19 corners, aucun danger. Depuis le début de la saison, Lyon est l’équipe qui tire le plus et est la troisième qui cadre le moins. Rudi Garcia possède le plus petit nombre de points pour un entraîneur lyonnais à ce stade depuis le début des années 90 et n’a d’ailleurs, durant toute sa carrière, jamais remporté d’Olympico. En revanche, l’OM a parfaitement défendu, ensemble et rigoureusement et aurait même pu crucifier les rhodaniens.

Le mercato a fermé à minuit voici un petit récap de ce qui s’est passé : 

Le Barca qui a failli perdre Messi et Suarez (ils perdront Messi l’été prochain mais faut pas le dire), n’a perdu (que) Luis Suarez. A l’instar de David Villa avant lui, il file à Madrid, à l’Atletico Madrid, pour seulement six millions d’euros. A titre comparatif, Bouna Sarr a été acheté dix millions.

Cavani signé à Manchester United, Houssem Aouar  et Memphis Depay restent à Lyon, à qui on prête De Sciglio, en provenance de la Juventus. Le club de la veille dame a  fait un échange avec le Barca, ils ont récupéré Arthur Melo en échange de Miralem Pjanic. Les nonuples champions d’Italie ont également prêté Douglas Costa au Bayern Munich. Qui a récupéré Maxime Choupo-Moting et Bouna Sarr en provenance de l’OM, qui du coup a récupéré Mickael Cuisance en échange. 

Pour jouer au foot, il faut deux équipes. Sauf lorsque la loi et le règlement sont en désaccord. C’est ce qui s’est passé ce week-end entre la Juventus et le Napoli. Le protocole sanitaire de la Serie A est très clair : dès lorsqu’une équipe possède treize joueurs non positifs au COVID, le match doit se jouer. Mais seulement voilà. L’agence sanitaire italienne a placé la région de Naples en mini quarantaine, il était impossible de quitter la région. La Juventus s’est donc présentée sur sa pelouse, face à personne … 

Comme quoi, la loi et la morale ne sont pas toujours de paire. 

C’es tout pour aujourd’hui, rendez-vous la semaine prochaine, nous parlerons de la plus grosse dépense inutile du football européen, la Nation League …

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :