Dans les Yeux de Mike

Une semaine de records

Bonjour à toutes à tous ! C’est encore moi, votre deuxième chroniqueur préféré, en passe de passer premier, je le sais. Je vous accueille aujourd’hui pour ce nouveau volet de « Dans les yeux de Mike », j’espère que vous êtes bien installés. C’est parti !

Quelle semaine sportive ce fût ! N’en déplaise à certains, les professionnels de la NBA ont prouvé à qui veut l’entendre que l’on peut de manière organisée, gérer des sportifs et de facto une compétition dans le plus grand respect des normes sanitaires imposées. En effet, la totalité des PlayOffs du championnat américain de basket s’est jouée « dans la bulle », le parc DisneyWorld, à Orlando en Floride. Aucun spectateur n’était convié, uniquement les personnes indispensables à la bonne tenue de ces PlayOffs. Les Lakers de Los Angeles, emmenés par un Lebron James surmotivé depuis la perte de son ami Kobe Bryant ont gagné le titre de conférence ouest et se sont donnés le droit d’affronter les vainqueurs de l’est, les Heats de Miami, ancienne équipe de Lebron James et aujourd’hui emmenés par Jimmy Butler. Si cette saison s’est terminée dans des conditions « normales » sachez qu’elle a failli ne jamais se terminer. Les principaux propriétaires de la compagnie ont tapés des pieds et des mains pour obtenir le droit de s’installer à Orlando. Puis ensuite, à la suite d’une énième violence policière états-unienne envers une personne noire, les joueurs des Milwaukee Bucks ont appelé au boycott, tout d’abord de la journée en cours puis à terme … et bien rien .. de concret. C’est bien ce que leur a reproché Lebron James, un reproche qu’il a d’ailleurs étendu à toute la ligue, le joueur était si remonté qu’il a failli mettre un terme à sa saison à ce moment bien précis. Un terme à sa saison et des propos lui étant accordés indiquent qu’il avait mis son retour sur un parquet de la NBA enjeu, si celle-ci ne s’impliquaient pas réellement dans la cause afro-américaine. Si cette information est confirmée, nous pouvons noter une énorme prise de position venant d’un joueur qui, d’un point de vue médiatique, pèse presque autant, si ce n’est plus que sa ligue.

Une discussion avec ses coéquipiers et surtout l’ancien POTUS Barack Obama auront eu raison de notre triple champion NBA, qui accepta d’aller se battre pour une quatrième bague. Bague qu’il décrochera finalement, sur le score de 4-2, quatre victoires à deux. L’actionnaire minoritaire du Liverpool FC vient de décrocher sa quatrième bague de champion NBA, un quatrième titre MVP, pour lui, sa franchise, Mamba et sa « legacy ». Cela fait de lui le troisième joueur de l’histoire à gagner le titre avec trois équipes différentes : le HEAT de Miami, les Cavaliers de Cleveland & les Lakers de Los Angeles. Un de ses coéquipiers, Danny Green (champion en 2014 & 2019 avec respectivement les Spurs et Toronto) a profité de ce titre pour lui aussi faire partie de cette liste et du coup faire passer celle-ci à 4 joueurs. Les deux autres sont John Salley & Robert Horry. Légendes. 

Depuis maintenant 15 ans, Majorque & Paris bénéficient d’une histoire commune. Une histoire basée sur de la terre battue, des larmes de joie et des records. Une histoire basée surtout sur un seul homme, le meilleur de l’histoire en terre battue, Rafael Nadal. Quinze ans maintenant que ce supporter du Real Madrid fait tomber chaque record, quinze ans que l’on s’attend à sa victoire, que l’on se dit que cette fois-ci il va s’arrêter et perdre, quinze ans qu’il nous fait passer pour des idiots. Sur les quinze dernières années, il a remporté les Internationaux de France, treize fois. Treize finales, treize victoires et treize versions de la photo de lui mordant le trophée. Cette victoire fait de lui l’égal, en terme de nombres de tournois du Grand Chelem remportés, de Roger Federer. Les deux hommes rendent leur succès aberrants et nous offrent une rivalité sans précédent. Avis aux producteurs qui me lisent, j’ai des idées pour un documentaire ! On parlerait des rivalités Messi/CR7 & Nadal/Federer comme ça n’a encore jamais été fait ! Reste à savoir qui s’adjugera le trône final. Qui finira en tant que « boss de fin de jeu » ?

Letensebet Gidey

Le record mondial sur 10 000m est tombé la semaine dernière est désormais de 26’11’00 et détenu par l’ougandais Joshua Cheptegei tandis que l’éthiopienne Letensebet Gidey s’est adjugée le nouveau record du 5000m en seulement 14’06’61. 

Neymar fait ce qu’il sait faire de mieux, nous régaler. Avec ce triplé face au Pérou, le brésilien devient le deuxième meilleur buteur de l’Histoire de la Selecao. Le « Roi » Pelé avait marqué 77 buts en 92 matches avec la sélection nationale, le Ney en est désormais à 64 en 103 matches. L’ancien barcelonais est talonné par un ancien barcelonais, qui ne pourra d’ailleurs jamais le rattraper, Ronaldo. Il Fenomeno possède un ratio de 62 buts en 98 matches. Bien qu’il n’ait gagné qu’une coupe des confédérations en 2013 et les JO en 2016, (après avoir perdu en finale l’édition précédente), le joueur parisien restera comme un joueur ayant marqué l’histoire de son pays et peut se permettre le luxe d’accomplir le rêve de tous les fans brésiliens de football, dépasser le Roi Pelé. 

Voilà, voilà, voilà c’est tout pour moi…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :