C’était, il y a un an : #ENDSARS

Le Nigeria est confronté depuis des années, à de nombreux problèmes sécuritaires notamment à cause de la présence de Boko Haram dans le Nord-est du pays mais aussi à cause des abus commis par ses forces de sécurité. Ces derniers sont épinglés depuis des années par Amnesty International pour des crimes graves, des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité…Il y a un an, le pays s’embrasait, son peuple disait non aux violences policières et demandait la dissolution de l’Unité spéciale anti-vol agaçait par leurs abus incessants. Dès le 8 Octobre 2020, des manifestations pacifiques ont lieu dans tout le pays. Elles sont réprimées violemment par les forces de sécurité mais rien n’entache la détermination de la population avec sa jeunesse en tête. L’ONU appelle rapidement au respect des droits de l’Homme. Le mouvement ENDSARS est sur le devant de la scène internationale ! Quid d’un mouvement qui finit par s’étouffer…

     Le 3 Octobre 2020, les réseaux sociaux s’enflamment. La jeunesse nigériane et sa diaspora s’insurgent à cause d’une vidéo devenue virale. Cette vidéo montre des policiers de l’Unité spéciale de la police contre le vol (SARS) brutalisant deux jeunes nigérians avant de tirer sur l’un d’eux dans l’Etat du Delta, dans le sud du pays. Cette dernière met le feu aux poudres et embrase la jeunesse. Le hashtag «  ENDSARS » est en tendance sur Twitter. Tout d’abord, des Sit-in sont organisés dans le pays avant le début réel des manifestations le 8 Octobre 2020. Les manifestants réclame à travers ce mouvement, la dissolution de la SARS ainsi que la fin de l’impunité policière qui règne dans le pays. 

En effet,selon Laurent Fouchard, docteur en histoire, spécialiste du Nigeria, la SARS est connu pour commettre des exactions extrajudiciaires, notamment, de la torture, des meurtres, de l’extorsion. Ces derniers agissent sans plaque ni uniforme. 

Ensuite, vu l’ampleur du mouvement , l’inspecteur général de la police nigériane, Mohammed Adamu, n’a d’autre choix que d’annoncer, le 11 Octobre, la dissolution de la SARS et la création du Swat ayant pour but de la remplacer.  Une décision qui passe mal et l’hashtag #ENDSWAT voit vite le jour. D’autres manifestations ont lieu dans le pays, notamment dans le sud à Abuja, capitale fédérale. 

Un mouvement parti d’une contestation du système policier se transforme progressivement en remise en cause de tout le système politique gangrené par la corruption. 

Davido au milieu des manifestants

Pour Laurent Fouchard, il s’agit d’un mouvement inédit par son ampleur, par sa durée et sa radicalité. En effet, les manifestants refusent toute récupération politique rejetant tout soutien politique de quelque sorte que ce soit. Ils sont soutenus par des stars nigérianes comme celui du chanteur Davido qui exprime son soutien sur Twitter et n’hésite pas à mettre en cause le système nigérian. 

Puis, le 20 Octobre le mouvement prend une autre tournure, « Le mardi sanglant » vient accroître la colère de la population. Durant la nuit du 20 Octobre, la veille de Lekki dans le sud-est de Lagos , est complètement plongé dans le noir à la suite d’un couvre-feu. Les manifestants n’étant pas en accord avec cette mesure, décident de marcher pacifiquement. Tout dégénère rapidement,puisque arrivé près du péage de Lekki, épicentre de la contestation, la police fait feu sur eux. La police nigériane tire de façon délibérée sur sa jeunesse manifestant pacifiquement. Selon Amnesty international, cette fusillade a fait 12 morts et des centaines de blessés. Cette action de la police semble préméditée puisque les caméras près du péage ont été mises hors-services. 

Le lendemain, les violences sont condamnées par l’Union Africaine, les Etats-Unis, l’Union Européenne et l’ONU. Lagos est quant à elle plongée dans le chaos le plus total. Les supermarchés sont pillés , deux prisons sont attaquées dont la prison centrale de Lagos qui subit un incendie. 

Selon Moïse Gomis, correspondant France 24, les manifestants souffrent de séquelles psychologiques graves. 

Muhammadu Buhari, Président du Nigéria

Par la suite, le Président nigérian Muhammadu Buhari sort du silence le 22 Octobre. Au cours de son allocution, il est intransigeant et inflexible. Il n’autoriserait « personne ni aucun groupe à mettre en péril la paix et la sécurité de la Nation ». Il exhorte la population à «  résister à la tentation d’être utilisées par des éléments subversifs pour causer le chaos et tuer » leur « jeune démocratie ».  Une allocution qui ne convainc pas les manifestants qui espéraient la désignation de coupables et des sanctions puisque la police et l’armée nient farouchement leur implication.

Après cela, la police repris progressivement la main et les célébrités qui ont porté le mouvement appellent au calme. 

Fin octobre 2020, le gouvernement fédéral incite les États à mettre en place des comités chargés de recueillir les témoignages des victimes de la SARS et d’enquêter sur ces abus. À la mi-Décembre, 29 États avaient constitué les comités. 

En Janvier 2021, plusieurs responsables de l’armée sont suspendus et remplacés à la demande du président Buhari. 

  Malgré son caractère historique, les événements d’Octobre 2020 ne sont pas ceux auxquels nous devons la naissance du hashtag.

Segun Awosanya, aussi appelé « Segalink ». Militant des droits de l’homme au Nigeria

Tout a commencé en Décembre 2017, lorsque Segun Awosanya et d’autres militants des droits de l’homme d’une campagne #ENDSARS sur les réseaux sociaux dont twitter qui appelait déjà à la dissolution de la SARS. Ici déjà, on doit l’utilisation de ce hashtag à la diffusion d’une vidéo mettant en cause des agents de la SARS. Une campagne qui s’accompagnait d’un plaidoyer et de manifestations contre les violences policières. 

L’année suivante, la population dénonce les exactions commises par la SARS à travers quelques manifestations mais rien de concret n’est obtenu.  Ce manque de prises de décisions concrètes se voit également, après le mouvement d’octobre 2020 puisque les forces de sécurité continuent d’agir impunément ….

Le mouvement qui se voulait historique a fini par s’étouffer .

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s